Le programme nutritionnel personnalisé

La leptine - la plaque tournante de la survie

En 1994, la découverte de la leptine a fait sensation en médecine. Elle est peut-être le facteur le plus important pour la régulation de  notre poids corporel, et de notre bilan énergétique.

La leptine est produite dans la graisse blanche (la graisse du ventre) et signale au corps qu'il y a assez d'énergie présente, sous forme de graisse. Plus les tissus adipeux stockent de graisse, plus la leptine est produite. Dans le cerveau, elle assure la diminution de l'appétit et augmente le désir d´exercice physique. Simultanément, la thyroïde est activée, le métabolisme est stimulé, les processus de régénération et d´élaboration du corps sont accélérés.

Dans une période de famine, c´est exactement le contraire qui se passe. Plus le tissu adipeux perd de graisse, moins il produira de leptine. Le taux de leptine dans le sang diminue. Le cerveau se rend alors compte que les stocks d'énergie se vident. Il ralentit le métabolisme, réduit le désir de mouvement et crée la sensation de faim. Les personnes en surpoids ont des réserves de graisse très importantes et devraient donc générer beaucoup de leptine. Elle devrait leur donner envie de faire de l'exercice et la sensation de satiété. Cependant, le contraire est souvent le cas. Pourquoi en est-il ainsi ?

Si le cerveau est constamment alimenté par de grandes  quantités de leptine, ce qui est le cas chez les personnes en surpoids, cela conduit au fil du temps, à une "résistance à la leptine". Cela signifie que le cerveau a cessé de répondre de manière appropriée à la leptine. L'énergie se trouve stockée en abondance, et la sensation de faim n´est plus régulée par la leptine. L'organisme réagit comme s´il avait trop peu de leptine. Le métabolisme de base diminue, l´organisme stocke toujours plus les matières grasses ingérées. On se trouve alors, dans un cercle vicieux de prise de poids.

Les inflammations dites « silencieuses » peuvent diminuer l'efficacité de la leptine dans le cerveau. Le syndrome de l'intestin qui fuit, ou intestin poreux, en est souvent la cause. Quand la barrière bactérienne intestinale est perturbée, les substances et aliments traversent les cellules intestinales, puis se dirigent, plus tard, dans le sang. Le surmenage peut conduire à la porosité intestinale, par conséquent, à un système immunitaire défaillant. De nombreuses études ont montré que la majorité des maladies auto-immunes et les allergies sont associées à une barrière intestinale perturbée. La gliadine du blé, la caséine du lait, les saponines et les lectines de certains aliments sont presque toujours les responsables. Le métabolisme est souvent incapable de les prendre en charge. En laboratoire on constate un taux élévé de zonuline, une substance protéinée, indicateur de la  perméabilité intestinale. L'activité physique a un effet anti-inflammatoire pour le corps, par conséquent, le manque d’exercice encourage un état inflammatoire et réduit l’effet de la leptine.

Pour que l'organisme réponde à l'hormone de satiété, il est nécessaire que la barrière intestinale soit réparée et la graisse abdominale réduite. La perturbation de la barrière intestinale peut être enrayée par la prise de compléments alimentaires tels que, la vitamine C, le zinc, L-glutamine, des micro-organismes et des produits phytochimiques.
La composition de COLO ACTIV de NewLife Nutrition est idéale pour les intestins. COLO ACTIV reconstitue leur flore  et leur redonnent l’imperméabilité nécessaire à une excellente immunité du corps. Le programme personnalisé de nutrition VITALITE ACTIVE est conçu pour retrouver une bonne santé intestinale. Il ne comprend que les aliments qui correspondent parfaitement au métabolisme de chacun. Il prévoit, en particulier, la réduction de l'excès de graisse abdominale, et permet à la leptine de l'organisme de faire, à nouveau son travail !

Auteur : Lothar Ursinus
Traduction : Annie Sommerauer / Virginie Lafontaine
Crédit phota : Fotolia